Je suis arrivée dans un Panto en deuil.

Fanny était partie le mardi.

J'ai plongé dans un espace d'essentiel.

Celui où les vivants se rassemblent pour mieux vibrer.

J'ai pleuré, j'ai ri, j'ai joué, j'ai partagé.

Et j'ai reçu.

Tellement reçu.

Moutier, 2 décembre 2012

Journal d'un échange de cartes blanches

29 novembre 2012

Pantographe, Moutier

Je joue pour exister.

J'ai choisi cet énorme instrument pour mieux me raccrocher à la vie. Pour mieux m'enraciner.

Eloigner la mort, toujours plus, surtout celle que l'on s'inflige à soi-même de son vivant.

Jouer pour rompre l'anesthésie.

Réveiller mon âme.

Lausanne, 23 novembre 2012